jeudi 23 mai 2013

Faraday. Manipulations chimiques. 1827. Première édition française

Faraday. Manipulations chimiques. 1827
Première édition française 


FARADAY, Michael.  Manipulations chimiques. 
Paris, A.Sautelet, 1827.
450 €
Deux volumes In-8 (200x125 mm) de T1 : xxiv pp., 428 pp.; T2 : 2 ff. (fx titre et titre), 364 pp., 1 ff.(errata) Nombreuses illustrations in texte.  reliure : Demi basane verte de l'époque, dos lisse portant le titre doré.  Rousseurs, infimes traces de mouillures. Reliure légèrement frottée.
 

Première édition française.
Fils d’un forgeron, Michael Faraday naît à Newington, le 22 Septembre 1791. Contrairement à la plupart des grands scientifiques, il ne reçoit aucune formation académique ou universitaire. Il quitte l’école après avoir appris à lire, écrire et compter et devient apprenti relieur à quatorze ans. Doté d’une énorme curiosité scientifique, Faraday profite alors de son métier pour lire et étudier tout ce qui lui passe sous les yeux.
A 17 ans, il s’inscrit à la société philosophique de la City où il suit des conférences et donne son premier exposé sur les deux électricités. A vingt-deux ans, Michael Faraday entre comme garçon de laboratoire à la Royal Institution, où il travaillera toute sa vie, devenant même son directeur douze années plus tard en 1825.
Ces premières recherches dans le domaine de la chimie commencent à porter leurs fruits puisqu’en 1820, Faraday découvre quelques dérivés chlorés du carbone et, en 1823, il met au point des techniques de liquéfaction d’un certain nombre de gaz comme le chlore, le dioxyde de carbone ou l’ammoniaque. Pour le moment, Faraday préfère délaisser l’électricité et se consacrer à la chimie.
A l’époque, les gaz d’éclairage sont obtenus à partir d’huiles de poisson. Lors de leur combustion, ils laissent un dépôt liquide. Faraday se penche, en 1825, sur la question et découvre le benzène. Il s’agit là d’un de ses apports les plus importants à la chimie, ce composé devenant par la suite indispensable aux industriels. En 1831, Faraday est considéré comme un expérimentateur de génie. Il abandonne la chimie pour se consacrer à ce qui va le rendre historiquement et mondialement célèbre : ses recherches sur l’électricité.
Depuis les travaux d’Hans Christian Oerted et d’Ampère, on connaissait l’existence d’un lien entre l’électromagnétisme et le passage d’un courant électrique. En particulier, on savait qu’un courant qui traverse une boucle de fil de cuivre crée en son centre un champ magnétique. Faraday, cherche lui à obtenir la création d’un courant électrique par un champ magnétique qui la traverse. Il découvre l’induction électromagnétique : ce n’est pas, explique-t-il, la présence d’un champ magnétique qui crée un courant électrique - comme on le supposait à l’époque - , mais la variation de ce champ. Cette découverte énorme sur le plan théorique va permettre la mise au point de la dynamo, de l’alternateur ou du transformateur. Cela rend possible l’utilisation de l’électricité dans la société du XIXe siècle.
Celui que l’on surnomme le " prince des expérimentateurs " passe la fin de sa vie à Hampton Court, dans une belle demeure offerte par la reine Victoria en reconnaissance de ces travaux. Il décède le 25 août 1867, à l’âge de soixante-seize ans, laissant derrière lui une des plus impressionnantes œuvres scientifiques de tous les temps
références : Neville [I,443] : "Rare. Not in Thornton&Tully, Wellcome, or the usual bibliographies".