samedi 25 mai 2013

Rare ensemble de textes alchimiques de Glauber. 1659

Rare ensemble de textes alchimiques de Glauber. 1659 


GLAUBER, Jean Rodolphe. 
█ 1. La description des nouveaux fourneaux philosophiques, ou art distillatoire par le moyen duquel sont tirez les esprits, Huiles, Fleurs, & autres médicaments: Par une voye aisée & avec grand profit, des Vegetaux, Animaux, & Mineraux. Avec leur usage, tant dans la chymie, que dans la Medecine. Mis en lumiere en faveur des Amateurs de la Vérité par Jean Rodolphe Glauber et traduit en nostre langue par le Siuer Du Teil
█ 2. Première [seconde, troisième] partie de l’oeuvre minérale, où est enseignée la séparation de l’Or des Pierres à feu, Sable, Argile, et autres Fossiles, par l’Esprit de Sel, ce qui ne se peut faire par autre voye. Comme aussi une Panacée, ou Médecine niverselle, antimoniale, & son usage.
█ 3. La teinture de l'or ou le véritable or potable
█ 4. Traitté de la Médecine universelle, ou le vray or potable.
█ 5. La consolation des navigants. Dans laquelle est enseigné à ceux qui voyagent sur mer un moyen de se garantir de la faim & de la soif, voire mesme des maladies qui leur pourroient survenir durant un long voyage. 
Paris, Thomas Jolly, 1659.
5000 €
Deux volumes in-8 (173 x106 mm) de T1 : (36)-71-(1bl.) pages et 16 figures sur 2 planches dépliantes / (2)174 (i.e. 184) pages - la page de titre séparée de cette deuxième partie a été reliée en tête du volume 2 / (2)-74 pages / 92 pages / 53-(1 bl.) page. P2 :(2)-62-(2) / 64/ 48 / 111-(1 bl.) / 22-(2) / 61-(1)-(2 bl.) / 64 pages 62-(2 bl.) pages. Complet.  reliure : Plein veau brun moucheté de l'époque, dos à cinq nerfs orné et doré portant le titre doré.  Planches froissées avec déchirures sans manque. Infime trace de mouillure en fin du tome 2. Coins émoussés, quelques petits accrocs au tome 2.
 

Première traduction française des travaux alchimiques de Glauber par Du Teil.
Réunion de cinq textes majeurs de Glauber, relié à l'époque en deux volumes. Nous n'avons pas trouvé dans les bibliographies consultées un tel ensemble.

La description des fourneaux philosophiques est bien complète de toutes ses illustrations et des "Annotations" qui constituent la sixième partie qui manque souvent.
Glauber est le Paracelse de son époque (Hoefer). Il fit de nombreuses découvertes en chimie (il découvre le sulfate de soude qu'on appelle alors le sel de Glauber et est l'un des premiers à avoir entrevu l'existence du chlore).
Tout comme Paracelse, Glauber est partisan des opérations et des théories alchimiques. Ses travaux sur les recettes de panacées et autres médicaments merveilleux lui portèrent le même préjudice qu'à Paracelse.
Dans cet ouvrage, que Ferguson considère comme l'un des livres de chimie les plus remarquables du 17ième siècle, Glauber décrit la fabrication des fourneaux et de leur utilisation pour la distillation, la préparation d'huiles, l'extraction, la séparation des métaux et la fabrication de baumes.
Manque à Young, Duveen, Neville ...

L' appendix est relié en tête du volume 2. A la suite sont reliées avec page de titre et pagination séparées les trois parties de l'Oeuvre minérale, La teinture de l'or, le traitté de la Médecine universelle et la consolation des navigants.

Bel exemplaire de cet ensemble, sans doute unique, de textes d'alchimie de Glauber en français
références : Guaita [352 : "Traités d'alchimie fort rares", 1421].